Othman El Ballouti prend des vacances au maroc

Othman El Ballouti explique les différentes filières en droit et leurs débouchés

En tant que professeur de droit à l’Université d’Orléans, Othman El Ballouti définit le droit comme un ensemble de règlementations et de normes qui régissent les rapports entre les hommes. Cette branche définit également les droits et les prérogatives des individus ainsi que ce qui est autorisé, obligatoire ou interdit. Son exécution peut s’appliquer de façon contraignante par l’intervention de la puissance publique en occurrence l’Etat.

Cette particularité marque la différence entre une règle de droit et une règle de morale ou de politesse. Le droit est subdivisé en différents sous-ensembles dont chacun correspond à un domaine de la législation. Ce sont le droit civil, le droit pénal, le droit international, le droit privé, le droit public, le droit commercial, le droit du travail et le droit des affaires.

Le droit privé et ses débouchés avec Othman El Ballouti

Le droit privé est l’ensemble des règles de droit qui régissent les rapports entre individus qu’ils soient moral (associations, entreprises) ou physique (particuliers). Cette filière traite des actes et de la vie des personnes comme l’adoption, les contrats, la propriété, le mariage et le divorce. Il est contraire au droit public qui régit les relations des institutions publiques entre elles ou entre les personnes privées et des institutions publiques. Les principales branches du droit privé sont le droit social, le droit commercial, le droit civil, le droit des sociétés, le droit de la consommation, le droit bancaire, le droit des affaires et le droit rural.

Sur son blog, Othman El Ballouti explique que le droit international privé est l’ensemble des lois qui régissent les relations de particuliers privés vivant dans des pays différents. Son objectif est de traiter les conflits de juridiction et de résoudre les conflits de lois découlant des relations entre personnes étrangères, précisément de connaitre le droit applicable à la relation.

Pour suivre des études juridiques, les étudiants doivent s’inscrire dans les facultés de droits. Ils ont le choix entre plusieurs diplômes, notamment la licence, le master, le diplôme universitaire et le doctorat. Certaines filières telles que les ressources humaines, le commerce, l’environnement ou encore le web proposent des cours de droit privé. Les universitaires peuvent également s’orienter dans des disciplines spéciales où ils approfondiront les fondamentaux juridiques liés à leur domaine d’activité. Ils obtiennent alors un diplôme professionnalisant dont le BTS, le DUT, le bachelor, la licence professionnelle, le MBA ou le master spécialisé.

Avec un diplôme en droit privé, les étudiants peuvent choisir de continuer leur formation à un niveau supérieur ou de se lancer dans leur carrière à la fin de leur cursus. Ceux qui sont titulaires d’un master peuvent se présenter aux concours de l’enseignement supérieur une fois la rédaction de leur thèse de doctorat terminée. Par contre avec un Master 2, ils peuvent se présenter aux concours de l’Ecole National de la Magistrature dans le but de devenir magistrat. La réussite à l’examen du CRFPA permet de devenir avocat ou juriste dans un cabinet ou dans une entreprise.

Le droit public et les métiers y afférents

Le droit public regroupe les règles de droit qui régissent le fonctionnement et l’organisation de l’Etat, des collectivités territoriales, de l’administration, des institutions rattachées à l’Etat ainsi que leurs interactions avec les personnes privées. Cette filière défend l’intérêt général et bénéficie des prérogatives spécifiques à la puissance publique. Vu sous cet aspect, elle s’oppose au droit privé qui régit les relations entre les personnes privées, morales ou physiques. Le droit public recouvre le droit fiscal, les finances publiques, le droit constitutionnel et le droit international public. Cette branche régit les rapports entre les Etats ou les organisations internationales.

Les personnes titulaires d’un bac+2 peuvent passer plusieurs concours de la fonction publique. Ils peuvent être soient des éducateurs de protection judiciaire de la jeunesse soient des greffiers. Cet agent assiste aux audiences, constitue les dossiers, contacte les parties et en fait les comptes rendus. Ils ont également accès aux concours de conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation, d’administrateur territorial, de contrôleur du travail, de contrôleur des finances publiques et de directeur d’hôpital.

Avec un bac+3 en droit public les étudiants ont accès aux concours de collaborateur de notaire, révèle Othman El Ballouti (détails disponibles ici). A cet effet, ils doivent obtenir un diplôme de l’institut du notariat (IMN). Avant de passer un concours d’attaché territorial, ils doivent choisir d’abord entre cinq grand domaines de l’administration, urbanisme, animation, informatique, sanitaire et social ou administration générale. L’attaché peut devenir ainsi secrétaire de mairie, chargé de la communication, des ressources humaines ou des services sociaux d’une collectivité.

Les concours d’inspecteur de travail permettent de travailler au ministère du Travail. Son rôle est de renseigner les supérieurs hiérarchiques et les salariés sur le droit du travail. Il intervient aussi auprès des entreprises ou cabinets.

Pour être diplomate, il faut obligatoirement passer le concours de conseiller des affaires étrangères. Il permet d’occuper des postes de diplomate. La maîtrise de plusieurs langues étrangères aide à la réussite.

La formation d’huissier de justice est ouverte aux diplômés d’un Master 1. Avant de passer l’examen d’aptitude aux fonctions d’huissier de justice, il faut effectuer deux années de stages dans une étude d’huissier et suivre en parallèle une formation. Il assure le recouvrement des créances, porte les convocations en justice, procède aux saisies, établit des plans de remboursement et dresse des contrats susceptibles de servir aux tribunaux. D’autres articles de Othman El Ballouti sont accessibles ici.

Le droit administratif et ses débouchés

Le droit administratif est une filière qui traite les obligations et les droits de l’administration ainsi que de du fonctionnement et de l’organisation des organismes publics qui ne dépendent pas de l’autorité judiciaire ou du pouvoir législatif. En effet, cette branche régit l’activité administrative des personnes publiques ainsi que les rapports entre les personnes morales de droit public et personnes morales de droit public et administrés. Il existe plusieurs juridictions administratives avec des compétences spéciales dont le conseil de la magistrature, le conseil supérieur de l’éducation nationale, la commission centrale d’aide sociale, les sections disciplinaires des conseils des universités et les conseils nationaux de l’ordre des médecins, des avocats ainsi que des pharmaciens. Le juge administratif est la personne idéale pour le jugement des litiges entre les citoyens et l’administration. Les magistrats administratifs siègent dans les cours administratives d’appel, les tribunaux administratifs ainsi qu’au conseil d’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *